Rougequeue noir

Phoenicurus ochruros (S. G. Gmelin, 1774)


  • 62
    observations

  • 6
    communes

  • 10
    observateurs

  • Première observation
    2016

  • Dernière observation
    2020
Alvarez Irene - Chevaldonné Pierre - Delestrade Anne - Hyerard Anne - Klein Geoffrey - Laigle Idaline - Lechocard Toto - Michou Laurence - Van Reeth Colin - Van Velzen Simone

Informations sur l'espèce

Le rougequeue noir est un des petits passereaux les plus communs en montagne. Si son nom suffit à le décrire et le reconnaître, c'est souvent son chant peu gracieux 'de papier froissé' qui attire d'abord l'attention. L'espèce fréquente les milieux rocheux les plus divers, falaises, éboulis, pelouses à blocs, entrées de grottes ou habitations. De ce fait, il est aussi très commun dans les villes et villages. Source : Parc national des Ecrins
A partir de fin novembre, les populations montagnardes se déplacent vers les plaines ou les fonds de vallée mais l'espèce reste observable toute l'année dans les secteurs les mieux exposés du parc national comme le Val de Durance. Source : Parc national des Ecrins
Arêtes rocheuses de haute altitude | Bâtis | Bords de chemins, de routes et de voies ferrées | Clapiers d'épierrement | Eboulis | Falaises de basse et moyenne altitudes | Grottes et autres cavités | Landes montagnardes et subalpines | Landines de haute altitude | Parcs et jardins | Pelouses alpines et subalpines | Pelouses sèches montagnardes | Reposoirs des troupeaux domestiques | Rives de sable et galets | Rochers embroussaillés
Subcosmopolite
Motacilla ochruros Gmelin, 1774 | Phoenicurus ochruros gibraltariensis (Gmelin, 1789) | Phoenicurus ochruros ochruros (Gmelin, 1774)

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles